Analyse brève


Efficacité de la vaccination contre l’influenza


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0



28 10 2012

Analyse de
1. Osterholm MT, Kelley NS, Sommer A, Belongia EA. Efficacy and effectiveness of influenza vaccines: a systematic review and meta-analysis. Lancet Infect Dis 2012;12:36-44. 2. Wong K, Campitelli MA, Stukel TA, Kwong JC. Estimating influenza vaccine effectiveness in community-dwelling elderly patients using the instrumental variable analysis method. Arch Intern Med 2012;172:484-91.


Conclusion
On peut conclure de ces synthèses de la littérature que la vaccination anti-influenza est efficace chez les enfants et adultes en bonne santé, mais qu’une vaccination systématique dans ce groupe cible n’est pas indiquée. Après réévaluations d’études observationnelles menées chez des personnes âgées, l’efficacité estimée de la vaccination anti-influenza contre l’hospitalisation et la mortalité a été réajustée de >50% à une valeur nettement plus faible de <10%.



Texte et traduction sous la responsabilité de la rédaction néerlandophone

 

Dans deux brèves analyses de Minerva (1,2), basées sur deux synthèses méthodiques de la Cochrane Collaboration (3,4) au sujet de la vaccination contre l’influenza chez l’adulte et l’enfant en bonne santé, nous avons conclu que la vaccination systématique d’adultes et d’enfants en bonne santé n’est pas recommandée ni indiquée, malgré l’efficacité prouvée  contre la grippe à partir de l’âge de 2 ans. Les preuves d’efficacité étaient insuffisantes en ce qui concerne l’hospitalisation, les complications et la mortalité.

En 2012, Osterholm et coll ont réalisé une nouvelle synthèse méthodique et méta-analyse sur base des preuves existantes provenant de RCTs sur l’efficacité de vaccins antigrippaux trivalents inactivés et de vaccins antigrippaux vivants atténués versus placebo (5). Seules les études dans lesquelles l’influenza avait été démontré par culture virale et/ou RT-PCR sur frottis de nez ou de gorge avaient été incluses. La méthode de contrôle de l’influenza visant à une augmentation quadruple des titres d’anticorps avait été explicitement exclue étant donné  que le titre d’anticorps initial dans le groupe vacciné est par définition plus élevé et que de ce fait  une augmentation quadruple apparaîtra moins souvent, ce qui donne donc une image erronée de l’existence ou non d’une grippe. En ce qui concerne le vaccin inactivé, les auteurs n’ont finalement pu inclure 10 RCTs que pour les adultes âgés de 18 à 65 ans.

Sur base des résultats sommés, l’efficacité était de 59% (IC à 95% de 51 à 67). Pour les enfants (entre 2 et 17 ans) et les personnes âgées (>65 ans) les études ne répondaient pas aux critères d’inclusion. L’efficacité du vaccin vivant atténué était de 83% (IC à 95% de 69 à 91) chez l’enfant âgé de 6 mois à 7 ans (sur base des résultats sommés). En ce qui concerne les enfants plus âgés (entre 8 et18 ans), aucune étude ne répondait aux critères d’inclusion. Les études réalisées chez l’adulte (N=3) n’ont pas montré d’efficacité. Dans une étude menée chez des personnes de plus de 60 ans, l’efficacité était de 42% (IC à 95% de 21 à 57). L’efficacité variait fortement d’une année à l’autre et également entre les groupes d’âge.

Dans une deuxième synthèse méthodique, Michiels et coll ont extrait de la littérature existante, sous forme compacte, toutes les preuves concernant l’efficacité et l’effectivité de de vaccins antigrippaux inactivés (6,7). Ils concluent que des preuves suffisantes et consistantes sur l’efficacité (variant entre 75 et 44%) et l’effectivité (variant entre 30 et 0%) n’existent que pour les adultes. Aucun effet contre la pneumonie, l’hospitalisation ou la mortalité n’a pu être démontré. L’efficacité du vaccin chez l’enfant à partir de 6 ans était de 69% (IC à 95% de 55 à 78) et l’effectivité était de 28% (IC à 95% de 22 à 34). Aucun effet sur la grippe avérée n’a pu être démontré chez des personnes de plus de 65 ans. Les résultats n’étaient pas concordants pour les enfants de moins de 6 ans (pas d’effet sur l’influenza, mais un effet sur les infections avec symptômes grippaux), pour les patients atteints d’une BPCO et pour les personnes âgées (>65 ans) avec comorbidité ou séjournant dans un centre de soins (effet sur la mortalité totale, pas d’effet sur l’influenza).

Les données sur l’hospitalisation et la mortalité chez les personnes âgées sont généralement basées sur des études de cohortes à large échelle (études observationnelles) (8). Plusieurs auteurs ont récemment fait remarquer que les effets importants de la vaccination anti-influenza sur la mortalité totale (plus de 50% d’effectivité) sont dus à des biais. Les personnes âgées en bonne santé ont été plus vaccinées que les malades se trouvant en phase terminale. De cette manière, on a remarqué lors de la réanalyse qu’un effet favorable survenait déjà dans le groupe vacciné avant qu’il n’était question d’une épidémie grippale.

En fin de compte, seulement 5 à 10% de la mortalité totale peut être attribué à la grippe. Plusieurs chercheurs ont tenté de corriger pour cette « frailty selection bias ». Lors d’un nouveau calcul effectué dans une étude de cohorte américaine à large échelle (≥65 ans; n=237 000) d’une durée de 9 ans, un effet de la vaccination anti-influenza sur la mortalité globale de 4,6% (IC à 95% de 0,7 à 8,3%) avec un NST de 4 000 a été trouvé (9). Chez les personnes de plus de 80 ans, il n’y avait plus aucun effet significatif de la vaccination sur la mortalité. Une seconde étude, incluant des données provenant de la même banque de données mais avec inclusion à partir de 50 ans et sur une durée de 11 ans, a montré un effet de la vaccination sur l’hospitalisation pour cause d’influenza et/ou pneumonie de 8,5% (IC à 95% de 3,3% à 13,5%) avec NST de 2 900. Pour ce critère d’évaluation, l’efficacité n’était plus significative à partir de 75 ans (10). Dans une étude de cohorte canadienne à large échelle, menée pendant 8 saisons grippales (2000-2008) chez des personnes âgées résidant à domicile (>65 ans, plus de 1,2 millions de personnes), une efficacité corrigée de 14% (IC à 95% de 8% à 21%) a pu être démontrée sur le critère d’évaluation combiné d’hospitalisation pour cause d’influenza ou de pneumonie, et de mortalité totale (11). Il n’y avait aucun effet significatif sur la mortalité totale seule.

 

Conclusion

On peut conclure de ces synthèses de la littérature que la vaccination anti-influenza est efficace chez les enfants et adultes en bonne santé, mais qu’une vaccination systématique dans ce groupe cible n’est pas indiquée. Après réévaluations d’études observationnelles menées chez des personnes âgées, l’efficacité estimée de la vaccination anti-influenza contre l’hospitalisation et la mortalité a été réajustée de >50% à une valeur nettement plus faible de <10%.

 

Références

  1. Michiels B. Vaccin contre l’influenza chez les adultes sains. Minerva online 28/05/2011.
  2. Michiels B. Vaccination contre l’influenza chez l’enfant. MinervaF 2009;8(3):34.
  3. Jefferson T, Rivetti A, Hamden AR, et al. Vaccines for preventing influenza in healthy children. Cochrane Database Syst Rev 2007, Issue 3.
  4. Jefferson T, Di Pietrantonj C, Rivetti A, et al. Vaccines for preventing influenza in healthy adults. Cochrane Database Syst Rev 2010, Issue 7.
  5. Osterholm MT, Kelley NS, Sommer A, Belongia EA. Efficacy and effectiveness of influenza vaccines: a systematic review and meta-analysis. Lancet Infect Dis 2012;12:36-44.
  6. Michiels B, Govaerts F, Remmen R, et al. A systematic review of the evidence on the effectiveness and risks of inactivated influenza vaccines in different target groups. Vaccine 2011 29:9159-70
  7. Michiels B, Govaerts F, Remmen R, et al. Effecten van geïnactiveerde influenzavaccins bij verschillende doelgroepen. Huisarts Nu 2011;40:378-9
  8. Jefferson T, Di Pietrantonj C, Al-Ansary LA, et al. Vaccines for preventing influenza in the elderly. Cochrane Database Syst Rev 2010, Issue 2.
  9. Fireman B, Lee J, Lewis N, Bembom O, et al. Influenza vaccination and mortality: differentiating vaccine effects from bias. Am J Epidemiol 2009;170:650-6.
  10. Baxter R, Ray GT, Fireman BH. Effect of influenza vaccination on hospitalizations in persons aged 50 years and older. Vaccine 2010;28:7267-72
  11. Wong K, Campitelli MA, Stukel TA, Kwong JC. Estimating influenza vaccine effectiveness in community-dwelling elderly patients using the instrumental variable analysis method. Arch Intern Med 2012;172:484-91.
Efficacité de la vaccination contre l’influenza

Auteurs

Michiels B.
Vakgroep Eerstelijns- en Interdisciplinaire Zorg, Centrum voor Huisartsgeneeskunde, Universiteit Antwerpen

Glossaire



Ajoutez un commentaire

Commentaires