Analyse brève


Dépistage du cancer du côlon : quelle méthode est la plus acceptable et donc mieux réalisée ?


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0



28 09 2012

Analyse de
Quintero E, Castells A, Bujanda L, et al; COLONPREV Study Investigators. Colonoscopy versus fecal immunochemical testing in colorectal-cancer screening. N Engl J Med 2012;366:697-706.


Conclusion
Le gFOBT est un moyen de dépistage du cancer colorectal avec preuves suffisantes de haute qualité en termes de réduction de la mortalité liée au cancer colorectal ; il est mieux accepté que la coloscopie qui reste cependant l’examen à recommander en cas de haut risque.



Texte publié sous la responsabilité de la rédaction francophone

 

Comme rapporté dans la revue Minerva (1), pour le dépistage du cancer colorectal en Belgique, le Centre Fédéral d’Expertise des soins de santé concluait (2) : « Il n’existe des preuves suffisantes de haute qualité que le dépistage réduit la mortalité liée au cancer colorectal que pour le gFOBT [NDLR : gaïac Fecal Occult Blood Test ou recherche de sang occulte dans les selles par gaïac]. La diminution estimée de cette mortalité est d’environ 15% dans les méta-analyses des essais contrôlés randomisés (RCT). Pour les autres techniques qui peuvent être considérées comme tests de dépistage primaires comme le iFOBT (immunochemical FOBT), la sigmoïdoscopie flexible, la coloscopie, la coloscopie virtuelle et la détection de l’ADN dans les selles, il n’y a pas encore actuellement de données probantes directes garantissant que le dépistage de masse réduise la mortalité liée au cancer colorectal ».

Une RCT de bonne qualité publiée en 2012 (3) montre que, dans 8 régions espagnoles, le taux de participation de personnes âgées de 50 à 69 ans convoquées et randomisées pour soit une colonoscopie unique soit un iFOBT tous les 2 ans est respectivement de 24,6% et de 34,2% pour un premier contrôle, soit un OR pour la colonoscopie versus iFOBT de 0,63 (IC à 95% de 0,60 à 0,65 ; p<0,001), examen donc moins bien accepté et réalisé par les patients. Lors de ce (premier) contrôle il n’y a pas de différence pour le nombre de cancers colorectaux dépistés dans les 2 groupes (0,1% dans les 2) mais davantage d’adénomes à un stade avancé (1,9 et 0,9%) et d’adénomes non à un stade avancé (4,2% versus 0,4%) dans le groupe coloscopie versus iFOBT. Les résultats à 10 ans ne seront connus qu’en 2021. Cette étude cible bien l’évaluation de l’acceptabilité (et donc de la réalisation effective) de deux méthodes de dépistage.

Une autre étude effectuée en Californie (4)  chez 997 patients âgés de 50 à 79 ans et à risque moyen de développer un cancer colorectal montre une moindre participation au dépistage par coloscopie (38%) qu’à un dépistage par FOBT (67%) ou choisi par le patient (FOBT ou coloscopie, 69%).

L’importance de la détection et de l’exérèse de polypes colorectaux est montrée dans une autre étude de suivi jusqu’à 23 ans (médiane de 15,8 ans) de 2 602 sujets étatsuniens ayant subi une polypectomie initiale (5). Par rapport à l’incidence de décès par cancer colorectal attendue dans la population générale, le ratio d’incidence de mortalité standardisée dans cette population de patients avec polypectomie est de 0,47 (IC à 95% de 0,26 à 0,80) soit une réduction de la mortalité de 53 %, sans différence pour les 10 premières années entre adénomes et polypes non adénomateux. Pour la mortalité globale, une diminution de 15% est observée dans le groupe avec polypectomie.

Nous avons aussi analysé dans Minerva (6,7) l’intérêt de la recherche d’ADN spécifique dans des échantillons de selles plutôt qu’un Hémocult classique, en insistant sur l’impossibilité de préciser la place d’un tel test dans une stratégie de dépistage. D’autres tests, sanguins par exemple, sont évalués, mais ils semblent moins sensibles que les tests ADN sur échantillon de selles (8).

Les derniers guides de pratique étatsuniens publiés (9) recommandent pour le choix du dépistage du cancer colorectal, de prendre en compte les bénéfices et inconvénients des différents tests, la disponibilité des tests et les préférences du patient. En cas de risque moyen, un FOBT, une sigmoïdoscopie flexible ou une coloscopie optique sont recommandés. En cas de haut risque (colite ulcéreuse, colite de Crohn, cancer colorectal héréditaire non polypomateux), c’est une coloscopie optique qui est recommandée.

 

Conclusion

Le gFOBT est un moyen de dépistage du cancer colorectal avec preuves suffisantes de haute qualité en termes de réduction de la mortalité liée au cancer colorectal ; il est mieux accepté que la coloscopie qui reste cependant l’examen à recommander en cas de haut risque.

 

Références

  1. Chevalier P. CT scan pour le dépistage du cancer du colon. MinervaF 2010;9(3);39.
  2. De Laet C, Neyt M, Vinck I, et al. Health Technology Assessment. Colorectale Kankerscreening: wetenschappelijke stand van zaken en budgetimpact voor België. Health Technology Assessment (HTA). Brussel: Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE); 2006. KCE reports 45 A (D/2006/10.273/57)
  3. Quintero E, Castells A, Bujanda L, et al; COLONPREV Study Investigators. Colonoscopy versus fecal immunochemical testing in colorectal-cancer screening. N Engl J Med 2012;366:697-706.
  4. Inadomi JM, Vijan S, Janz NK, et al. Adherence to colorectal cancer screening. A randomized clinical trial of competing strategies. Arch Intern Med 2012;172:575-82.
  5. Zauber AG, Winawer SJ, O’Brien MJ, et al. Colonoscopic polypectomy and long-term prevention of colorectal-cancer deaths. N Engl J Med 2012;366:687-96.
  6. Imperiale TF, Ransohoff DR, Itzkowitz SH, et al; Colorectal Cancer Study Group. Fecal DNA versus fecal occult blood for colorectal-cancer screening in an average risk population. N Engl J Med 2004;351:2704-14.
  7. De Jonghe M. ADN spécifique versus sang occulte dans les selles pour le dépistage du cancer colorectal. MinervaF 2006;5(7);100-2.
  8. Ahlquist DA, Taylor WR, Mahoney DW, et al. The stool DNA test is more accurate than the plasma septin 9 test in detecting colorectal neoplasia. Clin Gastroenterol Hep 2012;10:272-7.
  9. Qaseem A, Denberg TD, Hopkins RH Jr, et al; Clinical Guidelines Committee of the American College of Physicians. Screening for colorectal cancer: a guidance statement from the American College of Physicians. Ann Intern Med 2012;156:378-86.
Dépistage du cancer du colon : quelle méthode est la plus acceptable et donc mieux réalisée ?



Ajoutez un commentaire

Commentaires