Analyse brève


Les effets indésirables des statines : préférer la simvastatine et la pravastatine


  • 0
  • 0
  • 0
  • 0



15 06 2014

Analyse de
Naci H, Brugts J, Ades T. Comparative tolerability and harms of individual statins: a study-level network meta-analysis of 246 955 participants from 135 randomized controlled trials. Circ Cardiovasc Qual Outcomes 2013;6:390-9.


Conclusion
Cette méta-analyse en réseau de toutes les RCTs concernant les effets indésirables des statines montre que la simvastatine et la pravastatine sont les statines les plus sûres et les mieux tolérées quand les différents inconvénients sont sommés (arrêts de traitement pour effets indésirables, myalgies, élévation des transaminases ou de la créatine kinase).


 


Texte sous la responsabilité de la rédaction francophone

 

 

Dans l’analyse de l’étude JUPITER avec la rosuvastatine (1), la revue Minerva avait souligné le risque accru de survenue d’un diabète avec ce traitement (2). Lors de notre analyse (3) de la méta-analyse de la Cochrane Collaboration (4) concernant les statines chez les sujets à risque cardiovasculaire peu élevé, nous avons éludé ce problème des effets indésirables.

 

Une méta-analyse en réseau a plus récemment évalué spécifiquement la tolérance et les effets indésirables publiés dans les RCTs concernant les statines (5). Cette recherche de bonne méthodologie reprend les résultats de 135 RCTs (246.955 patients) sur un suivi moyen de 1,3 ans. Elle reprend à la fois les comparaisons directes statine versus placebo ou versus comparateur actif et les comparaisons indirectes en méta-analyse en réseau de méthodologie rigoureuse.
Pour les comparaisons directes, elle ne montre pas de différences pour les différentes statines versus contrôle en termes de survenue de myalgie, d’élévation de la créatine kinase, de cancer, ou d’arrêt de traitement. La simvastatine provoque moins de myalgies que l’atorvastatine. Versus contrôle, le risque de diabète est augmenté sous statine (OR de 1,09 avec IC à 95 % de 1,02 à 1,16) ainsi que le risque d’augmentation des transaminases (OR de 1,51 avec IC à 95 % de 1,24 à 1,84). Le risque de diabète est le plus élevé pour la rosuvastatine. Les arrêts de traitement pour effets indésirables et les élévations de transaminases sont moins fréquents avec la simvastatine qu’avec l’atorvastatine et la rosuvastatine.

En comparaison en réseau, avec absence de non concordance, les arrêts de traitement sont plus fréquents avec les hautes doses d’atorvastatine (> 40 mg). Les élévations des transaminases sont plus fréquentes sous hautes doses d’atorvastatine, fluvastatine et lovastatine. Une dose de simvastatine > 40 mg expose à un risque accru d’augmentation de la créatine kinase : OR de 4,14 avec IC à 95 % de 1,08 à 16,4.

La simvastatine et la pravastatine se montrent comme les statines les plus sûres et les mieux tolérées quand les différents inconvénients sont sommés (arrêts de traitement pour effets indésirables, myalgies, élévation des transaminases ou de la créatine kinase).

 

Ces données sont issues des RCTs. Comme nous l’avons souligné à propos des effets indésirables musculo-squelettiques (6), des données d’observation sont souvent plus « performantes » pour établir un bilan des effets indésirables des médicaments… dans la pratique.

 

Conclusion

Cette méta-analyse en réseau de toutes les RCTs concernant les effets indésirables des statines montre que la simvastatine et la pravastatine sont les statines les plus sûres et les mieux tolérées quand les différents inconvénients sont sommés (arrêts de traitement pour effets indésirables, myalgies, élévation des transaminases ou de la créatine kinase).

 

 

 

Références

  1. Ridker PM, Danielson E, Fonseca FA, et al; JUPITER Study Group. Rosuvastatin to prevent vascular events in men and women with elevated C-reactive protein. N Engl J Med 2008;359:2195-207.
  2. Lemiengre M. CRP augmentée : la rosuvastatine diminue-t-elle le risque cardiovasculaire ? MinervaF 2009;8(6);74-5.
  3. De Weirdt S, Lemiengre M. Utilité des statines chez des sujets à risque cardiovasculaire peu élevé. MinervaF 2012;11(4);43-4.
  4. Tonelli M, Lloyd A, Clement F, et al; for the Alberta Kidney Disease Network. Efficacy of statins for primary prevention in people at low cardiovascular risk: a meta-analysis. CMAJ 2011;183:E1189-202.
  5. Naci H, Brugts J, Ades T. Comparative tolerability and harms of individual statins: a study-level network meta-analysis of 246 955 participants from 135 randomized controlled trials. Circ Cardiovasc Qual Outcomes 2013;6:390-9.
  6. LRM. Statines : effets musculosquelettiques indésirables. Minerva online 15/04/2014.

 

 

Les effets indésirables des statines : préférer la simvastatine et la pravastatine



Ajoutez un commentaire

Commentaires